JPM - Les meilleurs films du vingt et unième siècle

Meilleurs et pires films du 21e siècle

Gagnons du temps. Voici une petite récapitulation des meilleurs et des pires films depuis que ce site existe. Ces derniers, comme je l’ai remarqué dans une notule, renouvellent le problème de l’œuf et de la poule : fait-on de la bouse avec de la daube, ou bien l’inverse ? Tenez compte tout de même que les six films d’avant 2001 n’appartiennent pas au vingt et unième siècle, en dépit du titre de cette page, mais je n’ai pas eu le cœur de les écarter !

1999-2000 : les meilleurs

Ressources humaines

Critique ici.

Pour son propos sérieux et la qualité de son interprétation. Aucun film à caractère social ne l’a égalé. Il faut franchir les barrages des cinq premières minutes ; ensuite, on est accroché, on ne décroche plus.

A révélé Jalil Lespert, l’un des rares acteurs de valeur apparu en France ces dernières années.

La vierge des tueurs

Critique ici.

Le meilleur film de Barbet Schroeder, et le plus surprenant. D’après un roman mêlant la fiction, l’imprécation et l’autobiographie, d’un auteur non conformiste, Fernando Vallejo. Le récit, atténué, gagne en crédibilité.

Nationale 7

Critique ici.

Pour son humanité non moins que son audace : comment une infirmière doit-elle s’y prendre, afin qu’un handicapé méchant puisse enfin prendre son pied avec une prostituée ? Chaleureux et bousculant toutes les idées reçues à propos de la maladie... et des soignants. Un film qui a dû plaire à Martin Winckler.

Haut de la page

1999-2000 : les pires

Le projet Blair witch

Critique ici.

Un simple travail de fin d’études cinématographiques, mais que les gogos, Internet aidant, ont pris pour un vrai film. Les auteurs, incrédules mais ravis, ont pris en marche le train du succès... si l’on peut dire, puisqu’ils n’ont plus rien fait de notable ensuite !

A connu une suite, désastreuse comme il fallait s’y attendre. Si bien que le numéro 3 prévu est tombé aux oubliettes.

À ma sœur !

Critique ici.

L’un des films les plus répugnants de Catherine Breillat, qui est experte. Sa hargne contre le sexe masculin lui fait dire n’importe quoi, et le résultat est confondant de bêtise.

Les rivières pourpres

Critique ici.

Quand un cinéaste français, Mathieu Kassovitz, dont on attendait mieux, tente de gagner son billet pour Hollywood en singeant le cinéma d’outre-Atlantique, mais dans ce qu’il a de moins bon : scénario bancal, violence débile, jeu primaire des acteurs et trucages démonstratifs. Disqualifié pour crétinisme.

Haut de la page

2001 : les meilleurs

La chambre du fils

Critique ici.

La Palme d’Or à Cannes pour Nanni Moretti, et pour son psychiatre qui a perdu un fils et ne s’en remet pas. Non, ce n’est pas sinistre. Moretti, depuis, a un peu déçu, et laissé entrevoir qu’il n’était pas le seul Italien capable de faire du cinéma.

L’emploi du temps

Critique ici.

L’affaire Romand. Cet homme, qui a perdu son emploi, feint de travailler pendant dix-huit ans tout en vivant d’expédients, et a fini par tuer toute sa famille plutôt que d’avouer la vérité. Le scénario atténue l’épilogue, évitant ainsi le sensationnel. Le film a connu un clone signé Nicole Garcia, totalement loupé.

Haut de la page

2001 : les pires

Le pacte des loups

Critique ici.

Bête, mal foutu, emploie une floppée d’acteurs connus mais qui n’ont rien à faire. Tape-à-l’œil, donc ça plaît. Les inventions du scénario brillent par leur stupidité (l’Iroquois qui fait du kung-fu).

La planète des singes

Critique ici.

Quand un bon cinéaste, Tim Burton, accepte une commande pour laquelle il n’est pas fait, puis gaspille son talent dans un remake raté d’avance.

Absolument fabuleux

Critique ici.

Mauvaise idée : prendre un succès de la télévision britannique, et vouloir l’adapter en France. Rien ne tient, et le cabotinage des actrices (mal choisies) achève de faire couler l’entreprise.

Vidocq

Critique ici.

Du trucage numérique à gogo (le réalisateur était un technicien de la chose), mais pas de scénario. Naufrage sans recours.

Moulin Rouge !

Critique ici.

Une idée pas très originale (construire un scénario soutenu par des chansons qui existaient avant), déjà exploitée par Alain Resnais, et gâchée par une mise en scène tapageuse et inadéquate.

Haut de la page

2002 : les meilleurs

Bowling for Columbine

Critique ici.

Ce film a rendu célèbre Michael Moore, qui n’en était pourtant pas à ses débuts. Sujet : l’obsession de l’auto-défense chez les citoyens des États-Unis. Ils en ont encore pour quelques siècles...

Ten

Notule ici.

Techniquement à part (le film entier se passe dans une voiture, en plans-séquences), et d’une intelligence rare : dit tout sur la condition des femmes en Iran. Mais sans nous raser.

Strass

Notule ici.

Film belge sur un cours de comédie. Non conformiste, tout à fait hors des sentiers battus. On frémit en essayant d’imaginer ce qu’en aurait fait un Français.

Haut de la page

2002 : les pires

Irréversible

Critique ici

Quand la bêtise le dispute à la bassesse... trois vedettes se déshonorent. De plus, le projet lui-même est stupide : raconter une histoire en ordre chronologique inverse, de sorte que les temps forts sont au début, et que le film se termine dans la guimauve.

Signes

Critique ici.

Roublard, ou naïf au dernier degré ? Shyamalan a perdu tout sens du ridicule avec cette histoire d’extraterrestres vaincus par un verre d’eau !

Haut de la page

2003 : les meilleurs

Avril brisé

Critique ici.

Deuxième adaptation d’un roman albanais connu, transposé au Brésil par Walter Salles. Émouvant et plein de sens. Éreinté par la critique.

Long way home

Critique ici.

Mauvais titre pour un bon film, titre passe-partout pour une histoire de très jeunes gens ordinaires, qui ne tombe dans aucun cliché.

Goodbye Lenin !

Critique ici.

Énorme succès pour un film allemand, ce qui n’est pas courant. Encore moins courant, apporter un regard nuancé sur le régime communiste. Film sympathique.

Le retour

Critique ici.

Un des rares films russes qui vaille le dérangement. Un personnage à part, le père, et deux gosses excellents.

Haut de la page

2003 : les pires

Dogville

Critique ici.

Un cinéaste donneur de leçons se plante en beauté. Pour comble, il récidivera en donnant deux ans plus tard une suite à son film. Certains ne comprennent jamais...

Haut de la page

2004 : les meilleurs

Le voyage de James à Jérusalem

Critique ici.

En Israël, on sait pratiquer l’auto-critique, et tout y passe sans complaisance. Le film prend pour cible l’exploitation des immigrés, et sans aucun misérabilisme.

Aaltra

Critique ici.

Premier film des mal élevés de Groland. Deux handicapés méchants, et la Finlande vue comme Terre Promise. Plutôt jubilatoire.

Les fautes d’orthographe

Critique ici.

Un des rares films français qui ose parler de politique, et le fait par le biais de l’Éducation nationale, ce qui aggrave son cas ! Et le rend aussi rare qu’un vrai bon mot dans une émission de télé.

Angels in America

Critique ici.

En fait, un téléfilm en six parties, d’après une pièce de théâtre qui avait eu un énorme succès. Ce que le légèrement surfait Mike Nichols a réalisé de mieux. Pas folichon (c’est sur le sida, entre autres thèmes), mais superbement conçu et joué.

Haut de la page

2004 : les pires

Ma mère

Critique ici.

Un sommet du comique involontaire. L’exploit : avoir réussi à engager Isabelle Huppert pour en être la vedette, aux côtés d’acteurs ringards.

La passion du Christ

Critique ici.

Le film d’un catholique fanatique, ne reculant devant rien.

Haut de la page

2005 : les meilleurs

Frères de sang

Critique ici.

Film de guerre coréen qui dépasse en force et en ampleur la plupart des productions du genre. Et pas de happy end ! Émouvant et intelligent.

Haut de la page

2006 : les meilleurs

Azur et Asmar

Critique ici.

Dessin animé d’une très grande beauté, généreux, intelligent, et, ce qui ne gâte rien, cent pour cent français.

Shortbus

Critique ici.

Avant-garde new-yorkaise. Démontre pour la première que des scènes considérées ailleurs comme pornographiques peuvent parfaitement s’intégrer dans une histoire qui, au fond, est plutôt romanesque et touchante. Du jamais vu !

2006 : les pires

Sheitan

Notule ici.

Produit débile, hystérique, bruyant, laid, crasseux, bêtement provocateur, filmé avec les pieds, musiqué avec du rap, joué par Vincent Cassel – devenu le plus mauvais acteur français.

Courrier Plan du site

Sites associés :    Yves-André Samère a son bloc-notes 125 films racontés

Dernière mise à jour de cette page le dimanche 11 octobre 2015.