JPM - Films - Notules - Janvier 2004

Notules - Janvier 2004

 

Plus courtes que les critiques, les notules traitent d’un ou plusieurs films, ou de sujets d’actualité en rapport avec le cinéma. Jusqu’en septembre 2004, elles provenaient de divers forums aujourd’hui disparus. Par la suite, elles s’en affranchissent et sont rédigées directement ici.

Œuvres citées (entre parenthèses, autres que des films) : Le seigneur des anneaux – Les rivières pourpres 2 – Deux en unStuck on youL’esquiveDom JuanLa prophétie des grenouilles – Les triplettes de Belleville – Peter Pan – Violence des échanges en milieu tempéré – Ressources humaines – Les amateurs – Psychose – Orange mécanique – Il faut sauver le soldat Ryan – Dead or aliveHanzaishaThe fog of war – RRRrrr !!! – UzakMassacre à la tronçonneuseSansa

Personnes citées : Alain Delon – Georges Pompidou – Charles De Gaulle – Raymond Barre – Jack Lang – Jean-Marie Le Pen – Yves Montand – François Mitterrand – Jacques Chirac – Peter Jackson – Gilles Teissier – Bobby Farrelly – Peter Farrelly – Mark Steilen – Cher – Lorànt Deutsch – Fabrice Luchini – Jamel Debbouze – Jalil Lespert – Christian Clavier – Abdellatif Kechiche – Molière – Jacques-Rémy Girerd – Jean-Marc Moutout – Laurent Lucas – Martin Valente – Jalil Lespert – Alfred Hitchcock – Steven Spielberg – Takashi Miike – Nicolas Sarkozy – Catherine Breillat – Errol Morris – Robert McNamara – John Kennedy – Lyndon Johnson – Nuri Bilge Ceylan – Marcus Nispel – Lee Ermey – Siegfried – Roschdy Zem – Ivry Gitlis – Jacques Chancel – Michael Moore

Delon

Samedi 3 janvier 2004

Delon n’est pas vraiment un sympathisant du Front National. Il a été ami avec tous les hommes de pouvoir, ça oui.

Il était ami avec Pompidou quand Pompidou était Premier ministre. Pompidou l’a lâché quand lui-même a eu de graves ennuis à cause de Delon. Il a été assez gaulliste pour acheter aux enchères le texte de la déclaration de De Gaulle à la radio de Londres, et l’a offerte à je ne sais plus quelle organisation. Il a été ami de Barre quand Barre était Premier ministre. Il a été ami de Jack Lang quand Jack Lang était ministre. Etc. Bref, Delon est ami de Delon, voilà tout.

En ce qui concerne Le Pen, c’était une amitié personnelle, pas politique, mais beaucoup de gens, pas seulement Delon, se sont fait des illusions sur Le Pen. Je crois qu’Yves Montand himself a dit qu’il ne croyait pas que Le Pen était un facho. Bien sûr, il se gourait lourdement. Mais combien de gens (quelques dizaines de millions, je crois) se sont trompés sur Mitterrand ?

Haut de la page

La neige

Samedi 3 janvier 2004

Je déteste la neige, que je soupçonne de racisme (ben oui, elle est d’une blancheur « ostensible », comme dirait Chirac). Je déteste les bonshommes de neige, qui contiennent en général des cadavres de gens assassinés dans des auberges rouges. Et je déteste les luges, qui ne sont bonnes qu’à être brûlées, surtout si elles s’appellent Rosebud.

Haut de la page

Le seigneur des anneaux : la communauté de l’anneau

Lundi 5 janvier 2004

Réalisé par Peter Jackson

Titre original : The lord of the Rings: the fellowship of the Ring

Sorti au Royaume-Uni le 10 décembre 2001

Sorti en France le 19 décembre 2001, repris le 3 décembre 2003

Trois heures et demie à voir des gens qui se chicornent, sans même la présence d’une fille pour jouer les Madelons et panser les blessures, ça fait envie... Dire que des gens sans goût, comme votre serviteur, vont voir des films qui montrent un type mesurant 1,34 mètre, légèrement neurasthénique, héritant d’une gare désaffectée, et qui va prendre goût à la vie parce qu’il s’est fait des amis dans un bled perdu ! Ça devrait être interdit. Vivement Les rivières pourpres 2 !

Bon, allez, j’avoue : je n’ai pas vu le film.

En bref : pas vu.Haut de la page

Deux en un

Vendredi 9 janvier 2004

Réalisé par Bobby Farrelly, Peter Farrelly et Mark Steilen

Titre original : Stuck on you

Sorti au Mexique le 12 décembre 2003

Sorti en France le 7 janvier 2004

Deux en un n’a rien à voir avec la chronique de la futilité et des gadgets idiots faite par Gilles Teissier sur France Inter (mais pourquoi confie-t-on systématiquement à des homos ces chroniques à la con ?) ; ce film – des fameux frères Farrelly – raconte l’histoire de deux frères siamois, reliés par la hanche, et on ne peut plus dissemblables. C’est très pratique lorsqu’on veut faire de la boxe en amateur, car l’adversaire, avec ses deux seuls poings, se fait envoyer au tapis par les quatre poings qu’il doit affronter, mais moins pratique quand l’un des deux frères veut être comédien et que l’autre, non seulement n’aime pas ça, mais souffre d’un trac affreux.

Toutes les blagues sur les siamois y passent. La plus politiquement correcte : le téléphone sonne, l’un des frères décroche. L’autre : « Si c’est pour moi, je ne suis pas là ». La plus salée : l’un des frères saute une fille (derrière un rideau, tout de même), pendant que l’autre écrit une lettre. Le premier, voulant varier les plaisirs : « Ça ne te gêne pas d’écrire à genoux ? »

Cher joue le rôle de Cher, et apparaît comme une vraie peau de vache qui se tape des gamins. Complètement maso !

Le film est très sympathique et ne se moque pas des handicapés. Ne croyez pas la critique défavorable du « Canard enchaîné », qui se plante comme d’habitude.

En bref : à voir à la rigueur.Haut de la page

Loránt Deutsch

Mardi 13 janvier 2004

On croit souvent que Jamel Debbouze et Fabrice Luchini sont les rois de la tchatche. Mais, à côté de Loránt Deutsch, ils font figure d’autistes ! Ce type est très marrant, très sympathique et très intelligent. J’irai voir son film demain. Bonheur supplémentaire, il joue avec Jalil Lespert (qu’on n’invite jamais dans les émissions, je me demande pourquoi : il est tout de même meilleur comédien que Clavier !).

Haut de la page

L’esquive

Mardi 13 janvier 2004

Réalisé par Abdellatif Kechiche

Sorti en France (Festival de Belfort) le 25 novembre 2003

Sorti en France le 7 janvier 2004

La plupart des critiques ont dit du bien de L’esquive. En effet, ce film est assez original. Mais je mettrai deux bémols : d’abord, c’est filmé à l’économie, son direct et caméra portée, avec trop de gros plans, comme si les corps n’avaient aucune importance. Ensuite, les scènes de chamailleries entre filles m’ont paru un peu longuettes, d’autant plus qu’elles se font dans un langage incompréhensible. Ces scènes-là sont aussi ennuyeuses que la dispute en patois dans le Dom Juan de Molière.

Et puis, la scène des tracasseries policières est un peu caricaturale et superflue. Plaquée sur l’histoire par pure démagogie, disons-le.

En bref : à voir.Haut de la page

La prophétie des grenouilles

Mercredi 14 janvier 2004

Réalisé par Jacques-Rémy Girerd

Sorti en France (Festival de Cannes) le 15 mai 2003

Sorti en France le 3 décembre 2003

Si on aime les dessins animés, il y a deux écoles : l’école états-unienne, dominée par Disney (intérêt artistique très faible, idéologie débilitante), et l’école européenne. Laissons de côté les Japonais...

Les francophones, Français, Québécois et Belges, avaient récemment produit Les triplettes de Belleville, presque un chef-d’œuvre, qui a triomphé auprès du public – pas si bête, parfois, le public. Plus récemment, il y a eu La prophétie des grenouilles, qui, hélas, est passé un peu inaperçu auprès du même public – quel crétin, le public ! Dommage, car il est excellent. Le film. Pas le public. C’est l’histoire d’un petit groupe d’êtres humains qui échappent au déluge prévu par les grenouilles, et qui se retrouvent sur une sorte d’arche de Noé ; en fait, une maison en forme de phare flottant sur un pneu de tracteur. Il n’y manque même pas la révolte des animaux carnivores, en manque de viande, conduite par un traître un peu particulier, une tortue tripode mâle qui tente de se faire passer pour une femelle. Autour de l’arche, comme dans Peter Pan, les crocodiles guettent leur pitance...

Happy end inattendu, après la baisse des eaux : les autres Terriens ne sont pas au courant du déluge qui vient d’avoir lieu !

Rien de politiquement correct, et les enfants peuvent emmener leurs parents.

En bref : à voir.Haut de la page

Violence des échanges en milieu tempéré

Vendredi 16 janvier 2004

Réalisé par Jean-Marc Moutout

Sorti en Suisse (Festival de Locarno) le 9 août 2003

Sorti en France le 14 janvier 2004

La plupart des critiques ont écrit que Violence des échanges en milieu tempéré (quel titre idiot !), sur le même sujet, ne valait pas Ressources humaines. C’est bien mon avis. Pour deux raisons.

D’abord, le film se disperse en nous racontant, parallèlement au conflit professionnel qui est au centre du récit, une histoire d’amour (ratée) vécue par le jeune anti-héros, ce dont le spectateur se fout éperdument. Ensuite, l’affrontement et les états d’âme du gars s’expriment surtout par des conversations entre lui et le méchant de l’histoire, joué par Laurent Lucas, le sale type cynique qui profite de la situation, personnage suprêmement original, comme vous imaginez.

Dans Ressources humaines, le conflit débouchait sur un affrontement entre père et fils, qui en venaient chacun à mépriser l’autre : le père, parce que son fils abandonnait tout net son ascension sociale et donc « déshonorait la famille », le fils, parce qu’il était écœuré de la passivité de son paternel, victime désignée et consentante du patronat. C’était autrement plus profond et plus fort.

En bref : à voir à la rigueur.Haut de la page

Les amateurs

Vendredi 16 janvier 2004

Réalisé par Martin Valente

Sorti en France (Festival de Saint-Jean-de-Luz le 17 octobre 2003

Sorti en France le 14 janvier 2004

C’est en traînant les pieds qu’on va voir Les amateurs. Mais, finalement, on n’est pas trop déçu, parce que c’est encore un film sur l’exclusion sociale, comme L’esquive, sur le mode comique cette fois. Ici, l’exclusion est fondée sur le manque d’instruction dont souffrent les deux garçons, l’un, arabo-français, Jamel, dit « JP » (quel beau surnom !), l’autre, hongrois, Christophe – comme leurs interprètes, par conséquent. Cette lacune les transforme en véritables charlots, qui se font jeter par toutes les filles. Il est vrai qu’ils ont le malheur de tomber amoureux d’étudiantes qui ne leur conviennent absolument pas, et ça aide à se prendre des râteaux. L’avantage pour le spectateur, c’est qu’on n’a aucune scène d’amour à subir. Très reposant !

Quoique, tout de même, faire jouer par Jalil Lespert un type qui n’a aucun succès avec les filles, c’est un peu fort ! On y croit malgré tout, mais c’est parce qu’il est l’un des meilleurs comédiens de sa génération.

En bref : à voir.Haut de la page

Censure

Samedi 17 janvier 2004

Qu’un réalisateur ait des regrets d’avoir vu son film raccourci et nous balance, des années après, une nouvelle version baptisée « director’s cut », on veut bien. Mais que des studios, plus de vingt ans après la mort d’un réalisateur, se permettent de modifier son film dans un sens moralisateur et politiquement correct, c’est un peu fort. On n’est jamais allé aussi loin dans l’ignominie commerçante que la Warner, dont « Le Canard enchaîné » de la semaine dernière nous a appris qu’elle avait tailladé dans Psychose, le film d’Hitchcock, jugé par elle « trop violent » (sic, et on se demande ce qu’elle va faire avec Orange mécanique, produit aussi par elle). De sorte que les trois coups de couteau que « la mère » administrait au détective Arbogast ont été réduits à un seul, comme on peut le constater en visionnant le film !

Je propose que la demi-heure qui ouvre le film de Spielberg, Il faut sauver le soldat Ryan, qui montre le carnage pendant le Débarquement de 1944 en Normandie, soit remplacée par un tournoi de badminton sur une plage normande, ce sera plus clean, plus cool, et on pourra voir le film en famille.

Haut de la page

Dead or alive

Lundi 19 janvier 2004

Réalisé par Takashi Miike

Titre original : Hanzaisha

Sorti au Japon (Festival de Tôkyô) le 5 novembre 1999

Sorti en France le 14 janvier 2004

Hosanna ! Nous ne sommes qu’au 19 janvier, et on connaît déjà le film le plus con de l’année ! Naturellement, il est japonais. Ça s’intitule Hanzaisha, mais Dead or alive en « français », et ça date de 1999. Violence, scatologie, gore, surnaturel et histoire incompréhensible font le cocktail idéal pour grimper sur le podium. En passant, Sarkozy n’avait pas tort de dire que Tôkyô est une ville hideuse. Les rues sont davantage surchargées d’enseignes bariolées qu’un coureur cycliste de logos publicitaires.

En bref : inutile de se déranger.Haut de la page

Catherine Breillat

Mardi 27 janvier 2004

La mère Breillat n’a jamais fait autre chose que des films à la fois vomitifs et mortellement ennuyeux. Cette mégère hait l’amour en général et les hommes en particulier. L’étonnant est qu’elle trouve de l’argent pour faire ses films. Vous savez quoi ? Je lui souhaite un mari musulman !

Haut de la page

The fog of war

Mercredi 28 janvier 2004

Réalisé par Errol Morris

Sorti en France (Festival de Cannes) le 21 mai 2003

Sorti en France le 14 janvier 2004

Je signale à tous ceux qui sont intéressés par l’Histoire que le film The fog of war est à voir, plutôt que la bouse annuelle de la mère Breillat. C’est une longue confession de Robert McNamara, qui était ministre de la Défense au temps de Kennedy et de Johnson, et qui révèle ce qu’il sait sur la guerre du Vietnam, sur les fusées soviétiques à Cuba, et sur bien d’autres épisodes encore. On n’y va pas dans le même esprit que pour RRRrrr !!!, mais on apprend davantage.

En bref : à voir.Haut de la page

Uzak

Vendredi 30 janvier 2004

Réalisé par Nuri Bilge Ceylan

Sorti en Turquie le 20 décembre 2002

Sorti en France le 14 janvier 2004

J’ai craqué devant Uzak, encensé par Le masque et la plume, dont les critiques sont sûrement très sincères, la question n’est pas là. Mais franchement, je me suis fait suer longuement. Rien d’agréable sur quoi poser la vue, ni les personnages, ni le décor, on est cerné à tout instant par la laideur. Eh oui, Istanbul sous la neige, c’est la ville la plus moche du monde, pire que Tôkyô, et on a la nostalgie de Béthune. Ne disons rien de l’intrigue, et je rigole rien qu’à écrire ce mot. Ça donne presque envie d’aller voir les Robins des Bois.

En bref : inutile de se déranger.Haut de la page

Massacre à la tronçonneuse

Vendredi 30 janvier 2004

Réalisé par Marcus Nispel

Sorti aux États-Unis le 15 octobre 2003

Sorti en France le 21 janvier 2004

En fait, j’aime assez les films qui parlent d’autre chose que ce qu’annonce le titre, sous couvert de traiter de sujets populaires, qu’on croirait simplistes. C’est bien le cas de Massacre à la tronçonneuse, nouvelle version. Il traduit certainement un ras-le-bol, chez les cinéastes yankees d’aujourd’hui, de la médiocrité qui ravage leur pays. Ce qui frappe le plus, c’est le contraste entre les propos tenus et ce qu’on voit. Un exemple : lorsque la jeune fille veut entrer dans la maison Hewitt pour téléphoner, le vieillard sans jambes lui lance « Essuie-toi les pieds, j’aime avoir une maison propre ! ». Or tout est absolument dégueulasse à l’intérieur, on y voit même des cochons en liberté ! Et je vous recommande le flic joué par Lee Ermey, parlant de morale et torturant ces affreux jeunes délinquants qui ont laissé traîner un joint dans leur véhicule...

En bref : à voir.Haut de la page

Sansa

Vendredi 30 janvier 2004

Réalisé par Siegfried

Sorti en France (Festival de Cannes) le 16 mai 2003

Sorti en France (à la télévision) le 1er juillet 2003

Sorti en France le 28 janvier 2004

Il ne faut pas faire confiance au « Canard enchaîné » pour ses jugements sur les films. Il fait l’éloge de Sansa, qui est l’un des films les plus ennuyeux que j’aie vu depuis longtemps. Roschdy Zem, bien que sans un sou, réussit à faire le tour du monde en avion, sautant de la France à l’Espagne, puis l’Italie, puis la Russie, puis l’Inde, puis le Japon, puis le Maroc, et enfin l’Égypte. Comme par hasard, il rencontre presque chaque fois le violoniste Ivry Gitlis, qui fait son numéro d’humaniste sans frontières, à la longue un peu agaçant, surtout quand son pote Jacques Chancel n’est pas là pour la touche comique.

La palme de l’ennui va à la séquence indienne : on y filme longuement des CENTAINES de visages qui fixent la caméra sans dire un mot, et ça dure des plombes ! Message de l’auteur : l’Inde est pauvre mais vachement pleine d’êtres humains.

Roschdy Zem est sympathique. Chaque fois qu’il pointe son nez quelque part, policiers ou soldats lui demandent ses papiers et tentent de l’humilier, mais il leur oppose toujours un mot gentil ou une plaisanterie. C’est la méthode Michael Moore !

En bref : inutile de se déranger.Haut de la page

Courrier Plan du site

Sites associés :    Yves-André Samère a son bloc-notes 125 films racontés

Dernière mise à jour de cette page le dimanche 4 octobre 2015.