JPM - Films vus - Notules -  Novembre 2019

Notules - Novembre 2019

 

Plus courtes que les critiques, les notules traitent d’un ou plusieurs films, ou de sujets d’actualité en rapport avec le cinéma. Jusqu’en septembre 2004, elles provenaient de divers forums aujourd’hui disparus. Par la suite, elles s’en affranchissent et sont rédigées directement ici.

Œuvres : Sorry we missed youJ’ai perdu mon corpsL’auditionDas VorspielPlace des Victoires

Personnes citées : Ken Loach – Jérémy Clapin – Ina Weisse – Yoann Guillouzouic

Sorry we missed you

Lundi 4 novembre 2019

Réalisé par Ken Loach

Sorti en France (Festival de Cannes) le 16 mai 2019

Sorti en France le23 octobre 2019

Le titre de ce film, qui signifie « Désolé, on vous a raté », est à la fois le message que laisse un livreur quand le destinataire d’un colis n’a pas pu être joint pour cause d’absence, mais aussi, dans le cas présent, ce que pourraient dire au père de famille sa femme et ses enfants, pour lesquels il n’a jamais le temps.

Ricky, marié et père de deux enfants dont un lycéen difficile à vivre, trouve un nouveau travail séduisant en apparence, mais chez un employeur où les règles, très strictes, ne lui concèdent aucune liberté, aucun jour de repos autre que le dimanche. Considéré au début comme un bon élément (il conduit le camion que l’enteprise lui attribue, et doit toute la journée livrer des colis sans avoir une minute à lui, pas même pour aller aux toilettes), il finit par accumuler les dettes qu’il fait envers son patron – qu’on ne voit jamais, car il n’a de relations qu’avec son contremaître, brave type mais qui ne lui passe rien, puisque lui-même est responsable de tout.

Comme dans tous ses films, Ken Loach raconte des histoires dont le thème ne varie jamais : le capitalisme, c’est l’ennemi. Et l’histoire n’a pas de fin, elle s’arrête quand Ricky et sa famille ont touché le fond.

En bref : à voir.Haut de la page

J’ai perdu mon corps

Vendredi 8 novembre 2019

Réalisé par Jérémy Clapin

Sorti en France (Festival de Cannes) le 17 mai 2019

Sorti en France le 6 novembre 2019

Dessin animé à la technique très banale, il raconte l’histoire d’un jeune livreur de pizza qui, n’ayant pu entrer dans l’immeuble d’une cliente et ne lui ayant parlé que via l’interphone, tombe amoureux de sa voix, la recherche, finit par trouver l’adresse de son oncle, et se fait embaucher par lui.

Sans trop de raisons, et parce qu’accidentellement il s’est coupé la main droite en se servant maladroitement d’une scie électrique, cette main ne cesse de hanter tous les lieux où il se trouve, et envahit le film sans lui apporter le moindre détail intéressant. Mais tous les critiques ont crié au génie. On a vite fait de trouver du génie à tout le monde, dans cette profession !

En bref : à voir à la rigueur.Haut de la page

L’audition

Lundi 11 novembre 2019

Réalisé par Ina Weisse

Titre original : Das Vorspiel

Sorti en France (Festival de Cannes) le 17 mai 2019

Sorti en France le 6 novembre 2019

Un critique crétin, qui officie au « Journal du dimanche », commente ainsi ce film : « Le réalisme classique peut ennuyer, surtout si on n’est pas sensible à Bach ». On peut aussi n’être pas sensible à la prose de ce monsieur dont je n’écris pas le nom, par crainte de lui faire de la publicité ! Un autre, qui sévit chez « Voici », a cru voir dans le film la présence de... Cate Blanchett, qui n’est pour rien dans cette production.

Anna enseigne le violon au Conservatoire de Berlin, et elle fait partie d’un jury de quatre membres, chargés de décider quels élèves on va engager pour l’année. Le jeune Alexandre, qui doit avoir seize ans et qui est un très bon violoniste, sera-t-il retenu ? La moitié des jurés est contre, l’autre moitié est pour. Et Anna est dans cette partie du jury. Alexandre est engagé, et c’est elle qui l’entraînera pour l’examen à venir dans les mois suivants.

Mais Anna a des tas de problèmes personnels, elle néglige son mari luthier et son fils Jonas, lui aussi violoniste, et elle se montre si sévère envers Alexandre que celui-ci, littéralement torturé par ses exigences, abandonne son cours.

Mais, le jour de l’examen, il se révèle si bon que tous les assistants l’applaudissent, y compris Anna. Mais, sans un regard pour elle, il gagne la sortie, et tombe dans l’escalier, où il se rompt le cou. Hospitalisé, va-t-il guérir ?

La réalisatrice a elle-même été musicienne, ainsi que sa co-scénariste, et tout son film baigne dans la musique. Pour l’apprécier, il faut évidemment aimer la musique classique.

En bref : à voir.Haut de la page

Place des Victoires

Mardi 12 novembre 2019

Réalisé par Yoann Guillouzouic

Sorti en France (Festival d’Angoulême) le 21 août 2019

Sorti en France le 6 novembre 2019

Le titre vise cette place du centre de Paris où le personnage principal habite... sans jamais payer son loyer, ce qui navre le propriétaire, trop timoré pour le mettre à la porte. Cet homme, plus qu’un peu paumé et que sa femme a largué, se fait dérober son téléphone mobile par des Roms. Il cherche à en retrouver au moins un, et y parvient en capturant... un enfant, qu’il installe chez lui et auquel il s’attache rapidement.

Mais le gosse, presque illettré et qui vole tout ce qu’il trouve (il sait cambrioler), finit par déteindre sur l’adulte.

On ne croit pas du tout à cette étrange conversion, mais les deux acteurs inspirent la sympathie, et c’est la seule raison qui sauve en partie le film.

En bref : à voir à la rigueur.Haut de la page

Courrier Plan du site

Sites associés :    Yves-André Samère a son bloc-notes 125 films racontés

Dernière mise à jour de cette page le mardi 12 novembre 2019.