a JPM - Films vus - Notules - Février 2018

JPM - Films vus - Notules -  Février 2018

Notules - Février 2018

 

Plus courtes que les critiques, les notules traitent d’un ou plusieurs films, ou de sujets d’actualité en rapport avec le cinéma. Jusqu’en septembre 2004, elles provenaient de divers forums aujourd’hui disparus. Par la suite, elles s’en affranchissent et sont rédigées directement ici.

Œuvres citées (en italique, autres que des films de cinéma) : Le redoutable The greatest showman – Oliver ! – Oliver Twist – La La land – Les Misérables – Barbara Gauguin - Voyage de TahitiNoa Noa, voyage de TahitiMarie CurieWonder wheelHannahOh Lucy !Jusqu’à la gardeGaspard va au mariageWajib - L’invitation au mariageWajibPentagon papers – Lincoln – Le petit Spirou – Les aventures de Spirou et Fantasio – Knock (2017)Le retour du héros

Personnes citées : Michel Hazanavicius – Jean-Luc Godard – Mao Zedong – Anne Wiazemsky – Louis Garrel – Michael Gracey – Carol Reed – Mathieu Amalric – Édouard Deluc – Paul Gauguin – Vincent Cassel – Marie Noëlle – Woody Allen – Andrea Pallaoro – Xavier Legrand – Denis Ménochet – Thomas Gioria – Antony Cordier – Annemarie Jacir – Steven Spielberg – Nicolas Bary – Lorraine Levy – Laurent Tirard – Jean Dujardin – Christophe Menendez – Philippe de Broca – Jean-Paul Belmondo

Le redoutable

Jeudi 1er février 2018

Réalisé par Michel Hazanavicius

Sorti en France le 21 mai 2017

Sorti en France le 13 septembre 2017

Le film est une comédie satirique, qui montre Godard tel qu’il est et tel que tout le monde ou presque le voit : un personnage à la fois ridicule et antipathique. Myope, en outre, car, à l’instar de beaucoup de célébrités à son époque, il croyait que le sinistre Mao était un grand homme d’État et que sa pseudo-révolution était l’avenir de l’Humanité. Or, même en 1968, Godard ne trompait plus grand monde, comme le montre la séquence à la Sorbonne, quand il a eu la bêtise de déclarer que les Juifs étaient les nazis d’aujourd’hui. Hué, il a dû quitter la salle, et, aux yeux de sa compagne Anne Wiazemsky, ce fut le début de la fin pour leur couple.

Les gags abondent, comme cette scène où Godard fustige les scènes de nu au cinéma, qui ne servent, dit-il, qu’à flatter le voyeurisme du public. Or, au moment où il prononce sa diatribe, il est lui-même entièrement nu ! C’est aussi un clin d’œil en direction de son interprète Louis Garrel, qui a joué nu dans plusieurs films. En somme, Hazanavicius raille à la fois son personnage et l’acteur qui le joue !

En bref : à voir.Haut de la page

The greatest showman

Vendredi 2 février 2018

Réalisé par Michael Gracey

Sorti au Canada, en Corée du Sud, à Taiwan et aux États-Unis le 20 décembre 2017

Sorti en France le 24 janvier 2018

On ne peut pas reprocher à cette production d’avoir voulu transposer en comédie musicale un fragment de la vie de Barnum. Après tout, le grand Carol Reed avait bien porté à l’écran un spectacle scénique qui triomphait à Londres, Oliver !, d’après Oliver Twist de Charles Dickens, et avait réalisé un grand film. L’ennui, c’est qu’on n’a gardé, du véritable Phineas Taylor Barnum, que le seul aspect spectaculaire, en oubliant toutes ses escroqueries, et que, de plus, le film contient trop de chansons, certes bien mises en scène, mais trop bruyantes, sur des musiques extrêmement médiocres dues aux deux compositeurs qui avaient écrit la musique de La La land, qui ne brillait pas non plus par la qualité (on a donné un prix de la meilleure chanson à l’une de celles qui reviennent sans cesse !). Et Hugh Jackman, qui avait déjà massacré le personnage de Jean Valjean dans Les Misérables, n’est pas du tout le personnage.

Le film n’a d’intérêt que technique : il brille par la forme, mais le fond ne vaut rien.

En bref : à voir à la rigueur.Haut de la page

Barbara

Samedi 3 février 2018

Réalisé par Mathieu Amalric

Sorti en France le 18 mai 2017

Sorti en France le 6 septembre 2017

On ignore ce qu’a voulu faire Mathieu Amalric avec ce prétexte filandreux et qui a ennuyé des salles entières : une actrice va jouer Barbara, la chanteuse défunte, et se prépare pour incarner son personnage, au point d’en être envahie. Or rien n’est clair, les scènes soporifiques s’enchaînent sans aucun lien, et le film déçoit assez rapidement. En outre, Amalric se filme lui-même en train de filmer, et tout en devient ridicule.

En bref : inutile de se déranger.Haut de la page

Gauguin - Voyage de Tahiti

Dimanche 4 février 2018

Réalisé par Édouard Deluc

Sorti en Suisse et en France le 20 septembre 2017

Grand peintre mais personnage détestable et indéfendable, Paul Gauguin est quasiment innocenté par ce film plat et ennuyeux, qui passe sous silence le fait archi-prouvé que ce pédophile faisait son marché parmi les très jeunes filles de Tahiti : celle qu’il a prise pour concubine avait treize ans ! Un Polanski avant l’âge...

Vincent Cassel, hirsute et sale, n’a pas grand-chose à faire devant la caméra, et on ne voit presque aucune de ses peintures. Seul le texte qui conclut le générique de fin donne quelques détails sur son sort : il quitte Tahiti, rentre en France, aux frais du gouvernement français, pour se soigner (diabète et syphilis), puis il revient en Polynésie et se remet à peindre. Il y meurt dix ans après son précédent départ.

Le titre maladroit du film vient du carnet de voyages écrit par Gauguin, Noa Noa, voyage de Tahiti, qui mentait beaucoup. En somme, un film aussi malhonnête que son personnage central. À voir pour les Tahitiens.

En bref : à voir à la rigueur.Haut de la page

Marie Curie

Lundi 5 février 2018

Réalisé par Marie Noëlle

Sorti en Allemagne (Festival de Hambourg) le 2 octobre 2016

Sorti en France le 24 janvier 2018

Film raté, sur le fond et sur la forme.

Sur le fond, car il donne trop de place à l’histoire de cet adultère commis, après la mort de son mari, par Marie Curie avec Paul Langevin, déjà marié et père de famille. Tout cela, au détriment de la recherche scientifique, uniquement montrée par des images fugitives de lueurs bleutées dans des tubes à essai. Et puis, on se serait bien passé des trois scènes de nu montrant Marie Curie dans l’intimité (dont l’une en compagnie de son amant, nu également).

Sur la forme, à cause de la platitude de la réalisation, et parce que, comme presque toujours dans les films français, les acteurs, en direct ou doublés, avalent les deux tiers de leurs répliques, et qu’on ne comprend pas ce qu’ils disent.

Reste la lutte de Marie Curie contre le sexisme du corps des scientifiques à son époque. Elle a tout de même eu deux fois le Prix Nobel.

En bref : à voir à la rigueur.Haut de la page

Wonder wheel

Mardi 6 février 2018

Réalisé par Woody Allen

Sorti aux État-Unis le 14 octobre 2018

Sorti en France le 31 janvier 2018

L’affiche française est affublée d’un slogan stupide et à côté de la plaque, car ce film fait plus que décevoir, et je l’ai vu au sixième jour de son exclusivité, dans une petite salle où nous n’étions que sept spectateurs.

Cette histoire, qui n’est pas une comédie, ne comporte aucune scène qui permette de seulement sourire, et n’a aucune conclusion (la fille disparaît sans qu’on sache ce qui lui est arrivé), raconte que la jeune Carolina, qui avait un amant mafioso, l’a dénoncé, lui et sa bande, et sans qu’on sache pourquoi. Depuis, elle fuit pour ne pas être abattue, et se réfugie chez son père, qui travaille avec sa nouvelle femme dans le parc de Coney Island, proche de New York. Mais elle tombe amoureuse d’un jeune sauveteur qui travaille sur la plage, qui aspire à devenir auteur de théâtre, et qui est l’amant de la femme de son père.

On a beau aimer les films de Woody Allen, on doit convenir que, dans le cas présent, il a magistralement raté son film, qui n’a aucun intérêt. Seule la reconstitution du parc d’attraction, qui a dû coûter une fortune, impressionne, mais ce cadre, finalement, ne joue aucun rôle dans le récit.

Alors, bien sûr, les acteurs sont bons, bien que n’ayant aucun dialogue qui vaille, et la mise en scène est impeccable, mais au sevice de quoi ? On s’ennuie terriblement.

En bref : à voir à la rigueur.Haut de la page

Hannah

Mercredi 7 février 2018

Réalisé par Andrea Pallaoro

Sorti en Italie (Festival de Venise) le 8 septembre 2017

Sorti en France le 24 janvier 2018

Un de ces films prétentieux qui visent à l’intellectualisme en cultivant l’obscurité. Le metteur en scène n’explique rien, ni pourquoi le mari d’Hannah est en prison (pourtant, dans la première séquence, on les voit tous les deux quitter ladite prison), ni pourquoi leur fils est brouillé avec ses deux parents, ni pourquoi Hannah garde un petit garçon aveugle, ni pourquoi elle est renvoyée de la piscine qu’elle fréquentait, et autres mystères sans aucun intérêt. Du reste, voici ce qu’en dit le réalisateur, en toute simplicité : son film est « une synthèse soustractive qui “exalte” l’imagination du spectateur en dissimulant plutôt qu’en montrant ».

On ne saurait mieux dire ! Dans la dernière séquence, on voit Hannah descendre un escalier de métro en trois volées, et rien ne nous épargné de ses 128 marches. Même Godard n’oserait plus un tel vide.

(J’étais seul dans la salle où j’ai vu ce film. De toute évidence, il est parti pour faire une carrière triomphale)

En bref : inutile de se déranger.Haut de la page

Oh Lucy !

Vendredi 9 février 2018

Réalisé par Atsuko Hirayanagi

Sorti en France (Festival de Cannes) le 22 mai 2017

Sorti en France le 31 janvier 2018

Film étrange, qui ne ressemble à rien d’habituel. Setsuko remplace sa nièce Mika, qui ne peut plus payer son cours d’anglais, mais que l’agence refuse de rembourser. Or elle tombe amoureuse de John, le professeur (c’est Josh Hartnett, elle a donc des excuses). Mais, dès le deuxième jour, John est reparti aux États-Unis avec Mika. Setsuko décide de la suivre à Los Angeles, en compagnie de la mère de Mika. Bien entendu, comme les deux femmes ne parlent pas l’anglais et que John ignore le japonais, cela va mal tourner.

C’est évidemment un film sur l’incommunicabilité, beaucoup moins ennuyeux que les films d’Antonioni, parce que les personnages sont assez bizarres (en commençant par la totalité des Japonais !), à l’exception de John. Une curiosité.

En bref : à voir.Haut de la page

Jusqu’à la garde

Lundi 12 février 2018

Réalisé par Xavier Legrand

Sorti en Italie (Festival de Venise) le 8 septembre 2017

Sorti en France le 7 février 2018

Tous les critiques de cinéma, en France, ont loué cet excellent film, sauf... « Les cahiers du cinéma », où l’on peut lire cette énorme sottise : « À force d’esquiver le mélodrame, le film en retrouve les pires travers, pour faire de l’ensemble un épais dossier sur les violences conjugales ». Dire que cette revue a encore des lecteurs !...

Xavier Legrand n’avait réalisé qu’un court-métrage, et, pour son premier long, il fait un coup de maître, sur le thème du divorce et de la violence conjugale, en parvenant à maintenir la même tension tout au long du récit, avec une séquence finale presque aussi violente que celle de The shining, qu’on ne trouvait pas dans un film à l’argument similaire, La séparation d’Asghar Farhadi.

Antoine, le père, joué par Denis Ménochet, fait peur, surtout à son très jeune fils, Julien, rôle tenu par un Thomas Gioria très crédible. Néanmoins, ce n’est pas une véritable brute, comme en témoigne la scène où il est en larmes parce que son ex-femme refuse de lui laisser voir ses enfants un weekend sur deux, ainsi qu’en a décidé le tribunal.

Le film ne comporte aucune musique, sauf celle de la fête d’anniversaire, la seule séquence qui m’a paru à la fois trop longue et pas réellement utile, car elle ne fait guère avancer le récit. En revanche, la bande sonore est très subtile, et les bruits, même très faibles, indiquent bien ce qui se passe en dehors de l’écran. Autre point important : la mère n’est pas décrite comme une victime ni le père comme un bourreau, bien que son personnage soit remarquablement noir : il est violent, mais aussi malheureux (même ses propres parents le fichent à la porte), et tout cela est bien rendu par l’interprète.

En bref : à voir absolument.Haut de la page

Gaspard va au mariage

Mercredi 14 février 2018

Réalisé par Antony Cordier

Sorti en France (Festival de Bordeaux) le 23 octobre 2017

Sorti en France le 31 janvier 2018

Le film agace et ennuie très vite, car le scénariste accumule les comportements absurdes d’une famille qu’il veut pittoresque mais qui semble échappée d’un asile de fous. Outre cela, et sans nécessité, il multiplie les scènes de nu intégral. Le cadre, un zoo de province aurait pu intéresser, mais finalement, il n’est pas exploité. On retrouve ici la tendance actuelle de bourrer les scénarios d’épisodes accrocheurs mais qui n’expriment rien et ne font qu’allonger le temps de la projection.

En bref : inutile de se déranger.Haut de la page

Wajib - L’invitation au mariage

Jeudi 15 février 2018

Réalisé par Annemarie Jacir

Titre original : Wajib

Sorti en Suisse (Festival de Locarno) le 5 août 2017

Sorti en France le 14 février 2018

Tout se passe à Nazareth, ville où, selon la légende biblique, vivait la famille de Jésus, et les deux personnages principaux sont un père et son fils. Le père, un professeur séparé de sa femme, qui ne sort jamais de sa ville et se fiche du reste du monde, prépare le mariage de sa fille (qui vit déjà avec son fiancé), alors que son fils, architecte à Rome, n’est là que pour la circonstance, et milite pour l’OLP. Les deux personnages sont joués par deux acteurs qui sont liés par la même parenté.

Il se trouve que la coutume locale exige que les invités au mariage soient conviés par une invitation qui leur est remise en mains propres, et c’est donc la tournée, étalée sur un jour entier, que le spectateur peut suivre. Bien entendu, les deux hommes ne sont d’accord sur rien, et finissent par se quereller. Cette scène est le sommet du film, qui, jusque là, est un peu morne.

En bref : à voir.Haut de la page

Pentagon papers

Vendredi 16 février 2018

Réalisé par Steven Spielberg

Sorti en Suisse (Festival de Locarno) le 5 août 2017

Sorti en France le 14 février 2018

Tout comme avec son Lincoln, sorti en janvier 2013, Steven Spielberg traite d’un sujet qui ne peut guère intéresser que ses compatriotes, le vol par un journal des secrets d’État concernant la guerre du Vienam, entamée par le sacro-saint Kennedy – on l’oublie trop souvent –, et que ce journal a publiés avec l’approbation de la Cour Suprême. Ce qui a démontré que le président des États-Unis n’est pas le chef d’État le plus puissant du monde ! D’ailleurs, le plan final de Pentagon papers montre le cambriolage de l’immeuble du Watergate à Washington, qui a fini par faire tomber le président Nixon.

Le film n’est pas raté, mais il ne passionne pas non plus, car il se réduit très largement à montrer des personnages qui parlent. Et puisque tout le monde sait comment cela s’est terminé, il n’y a guère d’enjeu.

En bref : à voir à la rigueur.Haut de la page

Le petit Spirou

Samedi 17 février 2018

Réalisé par Nicolas Bary

Sorti en France (Festival d’Angoulême) le 27 août 2017

Sorti en France le 27 septembre 2017

Difficile de trouver un film aussi raté ! Cinq ans auparavant, il y avait eu un autre film portant le même titre, un cours métrage de sept minutes en animation, qui n’était sans doute pas pire. Ici, tout est mauvais, la réalisation, les décors bariolés, les jeunes acteurs... Et le public assassine le film dans ses commentaires. Attendons le prochain, qui s’intitulera Les aventures de Spirou et Fantasio.

En bref : inutile de se déranger.Haut de la page

Knock (2017)

Dimanche 8 février 2018

Réalisé par Lorraine Levy

Sorti en France le 18 octobre 2017

La réalisatrice, venue de la télévision, a eu beau modifier la personnalité de Knock, elle ne parvient pas à faire d’Omar Sy un escroc convenable, pousuivi par des gangsters qui le font chanter. En outre, certaines modifications sont absurdes, comme cette scène où une femme se met nue devant lui, qui n’est pas intéresssé, ou ce curé qui le hait, le dénonce en chaire et se voit désavoué par tout le village.

Si bien que chacun cabotine dans sa sphère, et que le film n’aboutit à rien de valable.

En bref : inutile de se déranger.Haut de la page

Le retour du héros

Mardi 20 février 2018

Réalisé par Laurent Tirard

Sorti en France et en Russie le 14 février 2018

Une comédie bâtie sur un anti-héros, personnage qui va comme un gant à Jean Dujardin, car il est assez proche de son OSS 117. Bref, il s’agit d’un soldat qui se fait passer pour un capitaine des armées napoléonniennes et passe son temps, soit à fuir devant le danger, soit à déserter. Hélas pour lui, il est tombé sur une fille qui le voit tel qu’il est, et qui veut l’éliminer de la course au mariage... avec sa sœur. Elle écrit donc des lettres censées de sa main, et, lorsqu’il revient, elle fait tout pour lui mettre des bâtons dans les roues. Et comme ladite sœur a déjà un soupirant (incarné par Christophe Menendez, le jeune homme qui apparaissait tout nu à la fin de la pièce Les damnés et tirait à la kalachnikoff sur les spectateurs – surprenante métamorphose), le prétendu capitaine se laisse séduire par la machiavélique sœur. Fin du film.

Le film évoque un peu ce que faisait naguère Philippe de Broca avec Jean-Paul Belmondo, et, par chance, Dujardin est à la hauteur. Le scénario, un peu moins, parce que certains personnages manquent de cohérence.

En bref : à voir.Haut de la page

Courrier Plan du site

Sites associés :    Yves-André Samère a son bloc-notes 125 films racontés

Dernière mise à jour de cette page le mardi 20 février 2018.