a JPM - Films vus - Notules - Mars 2018

JPM - Films vus - Notules -  Mars 2018

Notules - Mars 2018

 

Il y a aussi des films à la télévision ! De bonnes chaînes du câble ou des satellites en diffusent, souvent d’excellents, parfois de grands classiques. On donnera sa préférence à celles qui ne massacrent pas l’image du film en y inscrivant leur logo, et, bien entendu, qui présentent les œuvres en version originale. Hélas, les chaînes du groupe Canal Plus ont renoncé à cette restriction, affichant de la publicité (!) sur le générique de fin – seules les chaînes d’OCS respectent encore les téléspectateurs... Après France 3 qui a conservé son Cinéma de Minuit durant des décennies, c’est aujourd’hui France 5 qui a pris le relais, avec toujours Patrick Brion comme présentateur et maître d’œuvre. Tous les films vus ne sont pas traités ici, on ne parlera que des meilleurs, ou des plus intéressants – ce qui n’est pas forcément la même chose.

Œuvres citées : Dalton Trumbo – Vacances romaines – Exodus – Spartacus – La meilleure façon de marcherNana – Lola Montès – Shoah – Festen

Personnes citées : Dalton Trumbo – Jay Roach – John McNamara – Bruce Cook – McCarthy – Otto Preminger – Kirk Douglas – Stanley Kubrick – Anthony Mann – Helen Mirren – Hedda Hooper – Louella Parsons – Claude Miller – Christian-Jaque – Martine Carol – Max Ophüls – Abdellatif Kechiche – Thomas Vinterberg

Dalton Trumbo

Jeudi 1er mars 2018

De Jay Roach, en 2016. Titre original, Trumbo. Scénario de John McNamara, d’après le livre de Bruce Cook. Durée, 2 heures et 32 minutes. Noir et blanc et couleurs, format 1,85:1. Sorti au Canada (Festival de Toronto) le 12 septembre 2015, en France le 27 avril 2016.

Biographie partielle, qui raconte l’affrontement du célèbre scénariste Dalton Trumbo, qui travaillait à Hollywood, et qui, parce qu’il était communiste, a été traduit devant la commission McCarthy et condamné à ne plus pouvoir y travailler. Après cela, il écrivit sous des pseudonymes et vendit ses textes à des cinéastes qui voulaient l’employer, mais en le payant mal, ce qui le voua à une vie de galérien, lui et sa famille. Mais c’est sous un pseudonyme qu’il remporta un Oscar, pour le scénario de Vacances romaines, en 1953.

Deux réalisateurs d’Hollywood le ramenèrent au premier plan, par courage et parce qu’ils admiraient son travail : Otto Preminger, qui lui commaanda la scénario d’Exodus, et Kirk Douglas, producteur et vedette de Spartacus : tous deux osèrent mettre son véritable nom au générique.

À ce sujet, une erreur dans le récit : une scène montre Kirk Douglas se présentant chez Trumbo, lui affirmant qu’il avait sur les bras un réalisateur casse-pied, Stanley Kubrick, et qu’il désirait un scénario plus conforme à leurs vues. C’est inexact, car le tournage du film démarra, mais avec un autre réalisateur, Anthony Mann, alors que le scénario de Trumbo était déjà écrit. Au bout d’une semaine, Mann fut renvoyé par Douglas, qui était le producteur, donc le patron du film.

À noter qu’Helen Miren interprète le personnage de cette vipère qu’était Hedda Hooper, l’une des deux commères de Los Angeles avec Louella Parsons.

En bref : à voir.Haut de la page

La meilleure façon de marcher

Lundi 5 mars 2018 - Arte

De Claude Miller, en 1976. Scénario du réalisateur et de Luc Béraud. Durée, 1 heure et 22 minutes. Couleurs (Eastmancolor), format 1,77:1. Sorti en France le 3 mars 1976.

L’un des meilleurs films de Claude Miller, qui, depuis, était tombé assez bas. C’est l’affrontement de deux jeunes hommes, dont l’un, joué par Patrick Dewaere, est un macho assez cruel, et qui asticote son collègue, moniteur de colonie de vacances, joué par Patrick Bouchitey, après l’avoir surpris déguisé en femme dans sa chambre. Mais, après une série de brimades, sa victime lui administre une leçon en le draguant en public, au cours d’un bal où, cette fois, il s’est réellement habillé en femme.

La fin renverse les points de vue : le brimé s’est marié et se prépare à acheter un appartement à Paris, et le vendeur est son ancien tortionnaire, devenu un vendeur médiocre.

L’intrigue n’avance pas très vite, mais le film est court, et agréable à suivre.

En bref : à voir.Haut de la page

Nana

Lundi 19 mars 2018 - France 3

De Christian-Jaque, en 1955. Scénario du réalisateur, de Jean Ferry et d’Albert Valentin, d’après le roman d’Émile Zola, et dialogues d’Henri Jeanson. Durée, 2 heures. Couleurs (Eastmancolor), format 1,37:1. Sorti en France le 26 juillet 1955.

Le réalisateur Christian-Jaque donnait ici un grand rôle à Martine Carol, qu’il avait épousée (il était son deuxième mari, sur les quatre qu’elle a eus), mais le film est moins connu que Lola Montès, qu’elle tourna la même année, sous la direction de Max Ophüls. Mais la distribution est brillante, et les décors sont fastueux.

En bref : à voir.Haut de la page

Festen

Dimanche 25 mars 2018 - Ciné Plus Club

De Thomas Vinterberg, en 1998. Scénario du réalisateur et de Mogens Rukov. Durée, 1 heure et 45 minutes. Couleurs, format 1,33:1. Sorti en France (Festival de Cannes) en mai 1998 et au Danemark le 19 juin 1998.

Le réalisateur, qui avait débuté en 1990 par un court métrage, n’a pas inscrit son nom au générique de début, car il avait adopté la lubie de Lars (von) Trier, la fameuse « charte » Dogma 95, que son initiateur n’a d’ailleurs jamais suivie ! Il s’agissait, pour les tournages, de proscrire les éclairages additionnels, la musique, le son doublé, de tout filmer en caméra portée, et de bannir le nom du réalisateur ! C’était la négation du cinéma, et certains articles ont été adoptés par les mauvais réalisateurs, parce que filmer en caméra portée permettait de faire des économies.

La réalisation est donc catastrophique, car les images sont floues faute d’éclairage suffisant et d’une stabilité minimale de la caméra. Par ailleurs, certains cadrages sont absurdes. En revanche, les acteurs sont bons, même si le récit n’est pas très cohérent : au cours de la fête d’anniversaire du chef de famille, qui atteint ses soixante ans, l’aîné de ses fils raconte que son cher père le violait régulièrement, ainsi que sa sœur jumelle, laquelle a fini par se suicider. Mais les invités font mine ne n’avoir rien entendu, aussi revient-il plusieurs fois sur la question, avant d’être enfermé dans le cellier et condamné par sa mère, qui mettra beaucoup de temps avant de reconnaître la vérité. À la fin, le père fait ses adieux à tout le monde, car il sait que plus jamais sa famille et ses amis n’accepteront de le revoir.

Une adaptation théâtrale a été jouée à Paris, à l’Odéon, et aussi à Lyon, aux Célestins. Et, tout récemment, au Théâtre du Nord, à Lille. Aujourd’hui, le film apparaît comme très daté.

En bref : à voir à la rigueur.Haut de la page

Courrier Plan du site

Sites associés :    Yves-André Samère a son bloc-notes 125 films racontés

Dernière mise à jour de cette page le mardi 27 mars 2018.