Films vus à la télé - Mars 2021

 

Il y a aussi des films à la télévision ! De bonnes chaînes du câble ou des satellites en diffusent, souvent d’excellents, parfois de grands classiques. On donnera sa préférence à celles qui ne massacrent pas l’image du film en y inscrivant leur logo, et, bien entendu, qui présentent les œuvres en version originale. Hélas, les chaînes du groupe Canal Plus ont renoncé à cette restriction, affichant de la publicité (!) sur le générique de fin – seules les chaînes d’OCS respectent encore les téléspectateurs... Après France 3 qui a conservé son Cinéma de Minuit durant des décennies, c’est aujourd’hui France 5 qui a pris le relais, avec toujours Patrick Brion comme présentateur et maître d’œuvre. Tous les films vus ne sont pas traités ici, on ne parlera que des meilleurs, ou des plus intéressants – ce qui n’est pas forcément la même chose.

Œuvres citées : MeurtresNetwork

Personnes citées : Fernandel – Richard Pottier – Charles Plisnier – Maurice Barry – Henri Jeanson – Jeanne Moreau – Sidney Lumet – Paddy Chayefsky – Howard Beale

Meurtres

Vendredi 5 mars 2021 - Arte

De Richard Pottier, en 1950. Scénario et adaptation de Charles Plisnier (d’après son roman) et Maurice Barry, dialogues d’Henri Jeanson. Durée, 2 heures, format 1,37:1. Sorti en France le 10 octobre 1950.

Probablement le seul drame joué par Fernandel, comédien comique d’ailleurs excellent. D’une famille aisée mais qui le dédaigne parce qu’il est un simple paysan, le personnage, est marié à une femme qu’il adore, mais elle est atteinte d’une maladie mortelle qui la fait terriblement souffrir. Elle le supplie de l’euthanasier, mais, après une longue hésitation, il s’y résoud. Elle meurt, et il va aussitôt se constituer prisonnier, ce qui consterne sa famille, des bourgeois bien pensants et craignant le scandale.

Ses frères le font interner, mais sa nièce, que jouait la jeune Jeanne Moreau, prend son parti et obtient du juge qu’il le libère. La famille, alors, décide de l’envoyer à l’étranger, pour camoufler ce déshonneur. Il obtempère, après avoir fait un scandale public auprès de la population du village, qui l’estime.

Cette seconde partie du film est assez faible, car tout bascule alors dans un comique ne convenant pas à l’esprit du film.

Néanmoins, Meurtres mérite d’être vu. Néanmoins, lors de sa sortie, le public riait à contretemps, trop habitué à voir Fernandel dans des rôles comiques. Le film n’a donc guère eu de succès. Mais, grâce à Henri Jeanson et à ses dialogues, il méritait mieux.

En bref : à voir.Haut de la page

Network

Lundi 15 mars 2021 - Arte

De Sidney Lumet, en 1976. Scénario de Paddy Chayefsky. Durée, 2 heures et 1 minute, en Metrocolor, format 1,85:1. Sorti aux États-Unis le 14 novembre 1976, en France le 16 mars 1977.

Le film s’achève par cette citation : « Ceci était l’histoire d’Howard Beale, la première fois qu’un homme fut tué parce que sa popularité était en baisse ».

Nous assistons à l’aventure de ce présentateur de journal télévisé qui aurait menacé de se suicider s’il ne pouvait être adulé par les téléspectateurs. Naturellement, c’était un coup de bluff, et cette seule annonce fit grimper en flèche sa célébrité. Puis, ayant inauguré ce qui devait arriver bien plus tard en France avec les soignants des hôpitaux, applaudis depuis les fenêtres des citadins, et comme il avait indisposé sa hiérarchie, on s’acharna à le démolir subrepticement.

Le film est très bruyant, très agité, et on a un peu de mal à y croire. Néanmoins, le récit est bien conduit, et nous savons bien qu’aux États-Unis, rien ne se fait comme ailleurs. Cette histoire ne peut donc plaire qu’aux États-Uniens !

En bref : à voir.Haut de la page

Courrier Plan du site

Sites associés :    Yves-André Samère a son bloc-notes 122 films racontés

Dernière mise à jour de cette page le dimanche 18 juillet 2021.