a JPM - Films vus - Notules - Août 2018

JPM - Films vus - Notules -  Août 2018

Notules - Août 2018

 

Il y a aussi des films à la télévision ! De bonnes chaînes du câble ou des satellites en diffusent, souvent d’excellents, parfois de grands classiques. On donnera sa préférence à celles qui ne massacrent pas l’image du film en y inscrivant leur logo, et, bien entendu, qui présentent les œuvres en version originale. Sur les chaînes hertziennes, seule France 3 fait encore cela, très tard, une fois par semaine, dans la nuit du dimanche à lundi ; et encore, pas toutes les semaines, et les horaires annoncés ne sont pas respectés... Tous les films vus ne sont pas traités ici, on ne parlera que des meilleurs, ou des plus intéressants – ce qui n’est pas forcément la même chose.

Œuvres citées : Britannia Hospital – If... – Au feu les pompiers ! – Taking off – Hair’ – Tremblement de terre – Earthquake – 2012 – San Andreas

Personnes citées : Lindsay Anderson – Idi Amin Dada – Milos Forman – Mark Robson – Ava Gardner – Charlton Heston – Albert Whitlock

Britannia Hospital

Mercredi 1er août 2018 - Ciné + Club

De Lindsay Anderson, en 1982. Scénario de David Sherwin. Durée, 1 heure et 56 minutes. Couleurs, format 1,85:1. Sorti en France (Festival de Cannes) le 22 mai 1982.

Lindsay Anderson, qui était peu conformiste, avait réalisé un premier brûlot en 1968, avec If..., qui décrivait la montée chez les jeunes Britanniques du désir de vengeance envers les tares de l’enseignement (les châtiments corporels y existaient toujours), et la révolte qui éclatait, avec les lycéens tirant à balles réelles sur toute la hiérarchie de leur lycée. Pour Britannia Hospital, il reprend une partie des personnages de ce précédent film, notamment Travis et Biles, qui n’ont guère changé mentalement.

Il a aussi inclus dans cette histoire une part ironique de fausse science, avec un professeur qui joue les Frankenstein et ne parvient qu’à tuer son cobaye. Sont aussi présents la reine-mère et une sorte de dictateur africain, visiblement inspiré du général Idi Amin Dada, autrefois président de l’Ouganda.

C’est très satirique, et on rit beaucoup.

En bref : à voir.Haut de la page

Au feu les pompiers !

Lundi 6 juillet 2018 - Arte

De Milos Forman, en 1982. Titre original, Hori, má panenko. Scénario du réalisateur et de Jaroslav Papousek, Ivan Passer et Václav Sasek. Durée, 1 heure et 13 minutes. Couleurs (Eastmancolor), format 1,37:1. Sorti en Tchécoslovaquie le 17 mai 1968, en France le 15 juin 1968.

Ce film est le dernier réalisé par Forman dans son pays, avant qu’il émigre aux États-Unis, où il débuta avec Taking off, qui ne valait pas mieux ! En effet, ce qui caractérise Forman, c’est sa méchanceté, qui s’étale dans ces deux films. Cela m’avait frappé avec Taking off, où il s’acharnait à ridiculiser ses personnages, des participants à un radio-crochet, en coupant le texte de leurs chansons au milieu des vers qu’ils s’efforçaient de chanter. Le procédé était lourd et pas drôle du tout.

Forman ne s’est pas amélioré avec ses films suivants, notamment Hair, travail de mauvais amateur où il s’épuisait à vider la comédie musicale de sa substance en réduisant le nombre des personnages, de vingt-cinq à... quatre, en sabotant l’excellente musique des auteurs du spectacle scénique, et de couper tous les plans de danse en les farcissant de gros plans. S’il avait au moins visionné les films de Fred Astaire !...

Ici, toute l’histoire est dans le titre : la fête annuelle des pompiers de la petite ville doit être marquée par une tombola (mais le public a volé tous les lots avant le tirage au sort), et la remise à leur président d’honneur d’un cadeau assez ridicule, une petite hache symbolique de leur métier, qui sera aussi dérobée. Pour couronner le tout, lorsqu’une maison brûle et que son propriétaire se plaint de n’avoir plus rien, on le rapproche de l’incendie pour le réchauffer !

Bien entendu, la censure communiste qui sévissait à l’époque bannit le film, « trop pessimiste »...

En bref : inutile de se déranger.Haut de la page

Tremblement de terre

Vendredi 10 août 2018 - Paramout Channel

De Mark Robson, en 1974. Titre original, Earthquake. Scénario de George Fox et Mario Puzo. Durée, 2 heures et 2 minutes. Couleurs (Technicolor) , format 2,35:1. Sorti aux États-Unis le 15 novembre 1974, en France le 12 février 1975.

L’époque était favorable aux films « catastrophe », La tour infernale sortit ensuite, et Les dents de la mer devait sortir l’année suivante. Mais Tremblement de terre, sur un scénario assez banal, bénéficiait d’un nouveau gadget, qui n’eut qu’un temps : le procédé Sunsurround, qui correspondait à l’émission de sons très bas, produits avec une puissance considérable, par des enceintes accoustiques géantes, installées dans la salle de cinéma, et qui, aux moments proprices, faisaient trembler toute la salle – ce qui, en fait, avait sur les spectateurs un effet assez désagréable. Ce gadget n’eut qu’un temps, assez court, car le public n’apprécia guère...

Le scénario était basique : la Californie étant traversée par la célèbre faille de San Andreas, dont on pense qu’un jour ou l’autre, elle causera la destruction de Los Angeles (phénomène baptisé par avance Big One), il s’imposait de montrer un maximum de destructions, dont celle du barrage qui alimente en eau toute la région. Mais le problème reste entier : si on avertit la population, on provoquera une monstrueuse panique, génératrice d’une hécatombe !

Faute d’avoir un scénario consistant, la production engagea des vedettes, dont Ava Gardner et Charlton Heston, et misa tout sur les scènes de destruction. Un nombre considérable de décors fut démoli, et on fit appel au meilleur auteur de peintures sur verre, Albert Whitlock, pour dessiner des images d’immeuble détruits, dont celle-ci, qui d’ailleurs ne fut pas incluse dans le film.

 

Earthquake

 

Mais enfin, en 1974, on n’avait pas encore les effets spéciaux produits sur ordinateur, et on fit mieux ultérieurement, par exemple avec 2012 ou San Andreas.

En bref : à voir.Haut de la page

Courrier Plan du site

Sites associés :    Yves-André Samère a son bloc-notes 125 films racontés

Dernière mise à jour de cette page le samedi 11 août 2018.